noyade intempestive le 28-01-2009 à 18:58:06

égolyrisme

 

Ces mains si douces qui sont devenues

si rêches et si lourdes pour venir me

déchirer la peau et me briser le

souffle.

 

Toute cette chaleur humaine évaporée

en mon désespoir du retour un jour de

cette étrange lumière qui métamorphosait

mes nuits.

 

Cette bouche aux lèvres et aux mots

si tendres qui promettaient et

susurraient de fascinants artifices

dignes d’une belle réalité.

 

Une relation qui semble ne jamais

s’achever pour toujours continuer

dans l’incompréhension par

l’aveuglement de l’égo.

 

Nuit et brouillard dans les profondeurs de l’être intérieur

 

« Mais dis-moi, est-ce que je compte pour toi ? »,

Les chansons d’amour, Alex Baupain

 
 


écrits de poètes en vogue

 

tilt  le 21-03-2010 à 00:04:34  #

Je n'avais pas vu cette incroyable réponse. Oui oui, incroyable, c'est le mot =) Boulversifiant ce message, pour ne citer personne à part mon prof de maths. Ça me fait mal au cœur de voir que nous voyons tous l'adolescent s'envoler de nos âmes. Et puis d'un côté, c'est la vie. Il y a eu ce stade aussi pour passer de l'enfant à l'adolescent. Moi je m'en souviens, c'était un jour très précis. Un matin, j'avais peut-être neuf ou dix ans, j'ai voulu jouer avec toutes mes peluches. Et je n'ai pas réussi à inventer d'histoires. Je m'en souviens, je me suis énervée, je me suis dis «Allez Marie quoi!» et puis je n'ai pas réussi. Alors j'ai pleuré. Il s'est passé tellement de changement depuis ce jour. Et il y a eu tellement de changements depuis que j'ai arrêté tilt.
Si j'ai lu aussi tard ton message, c'est aussi parce que je n'étais pas retourné sur tilt depuis longtemps. Et aujourd'hui j'ai refais un blog et du coup je suis retournée sur tilt. Mais le nouveau est un peu anonyme, très anonyme même, sur vefblog. Je ne voulais donner l'adresse à personne, mais en fait si, je voudrais bien te la donner.
Mon adresse mail marche toujours, fais moi signe.

tilt  le 22-02-2010 à 01:06:28  #

And then?
Que deviens tu?

 
 
noyade intempestive le 13-01-2009 à 11:04:37

Cyclone

 Gerry by Gus Van Sant

Sous mes mains glisse le vent chaud et humide

En mon corps brûle le désir de Gobi

Dans mes yeux brillent de troubles mirages

Ma bouche s’est asséchée de ces démences

 

S’enfoncer doucement dans ces courbes

Infinies et épurées

Qui sentent l’air délirant et vif

D’une fervente ardeur

 

Oublier les sombres souffrances

Ecouter le silence se coucher

Découvrir de nouveaux airs

Respirer de suaves odeurs

 

Laisser entrer cette nouvelle bouffée de chaleur

Pénétrante et envoûtante

Qui dégage le calme serein et transcendant

D’un souffle maléfique

  

Et laisser couler mon sang dans cette étrange aspiration enivrante

aujourd'hui, j'ai 20ans

 

 


écrits de poètes en vogue

 

tilt  le 26-01-2009 à 21:39:01  #

Pour l'instant mon blog vefblog reste tel quel, je ne sais pas pourquoi finalement, j'attendais surement quelque chose. Que tu laisses un commentaire peut-être =)
Si je le mets sous mot de passe, c'est promis je te le donnerai!
J'attends impatiemment du nouveau par ici Sourire

Tiens d'ailleurs, tu sais que finalement je décolle très mal en philo Langue Enfin en commentaire je me fait plaisir, mais en dissert', vraiment je rame, ça m'interesse tellement pas de ressortir les pensées des autres, j'ai été super déçue par ce travail de dissertation qui s'avère finalement être une sorte de débalage de cours, c'est dommage, j'avais plein d'espoir dans cette matière =)
Voilà, parenthèse faite.

édité le 26-01-2009 à 21:41:11

Johnmandrake666  le 16-01-2009 à 14:34:11  #   (site)

J'ai failli croire que tu avais définitivement abandonné ton blog^^

Pour les rediffusions des meilleurs films de 2008, je pensais aller voir Valse avec Bashir, dont on m'a dit beaucoup de bien (parce que maintenant, j'habite dans une vraie ville, avec deux Caméo à moins de 10 minutes de marche !)

 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article